Le blog de l'association Kerlann

Dans une vidéo, l’islamologue suisse clame son innocence

Dans une vidéo, l’islamologue suisse clame son innocence

Mar 28, 2018

 

S’il n’est actuellement pas très présent sur scène, alors qu’il est en prison à la suite d’accusations, le théologien suisse, Tariq Ramadan, s’était exprimé dans une vidéo mise en ligne au public au cours du mois de novembre, dans laquelle il a fait part de son innocence et a dénoncé certains médias et politiques.

Les confidences de l’une des plus grandes figures de l’islam en Europe


L’intellectuel de nationalité suisse, Tariq Ramadan, maintenu actuellement en détention à la prison de Fleury-Mérogis en Essonne suite à deux plaintes de femmes l’accusant d’avoir tenté de les approcher, ne s’était jusqu’à lors, que très peu livré sur les médias.
Dans une séquence vidéo enregistrée au mois de novembre dernier, l’islamologue s’est filmé face caméra afin de livrer sa version des faits concernant l’affaire ainsi que ses réactions sur l’épreuve qu’il traverse.
D’un ton calme et serein, le théologien répartit son discours sur trois parties. Il estime tout d’abord, être victime ‘‘ violent lynchage médiatique ’’ , on l’accuse des pires actes et agissements. Il assure ainsi, être totalement innocent des plaintes qui le visent.

‘‘ … Je ne souhaite pas participer à la surenchère médiatique… ’’, argumente-t-il au sujet du silence dont il avait jusqu’ici fait preuve.

La crédibilité des accusatrices, remise en question

Dans une seconde partie, le professeur en études islamiques, dénonce clairement ses détracteurs, les politiques et médias. Selon lui, il ne s’agit pas d’un complot. Cependant, cette affaire rentre dans le cadre d’un dossier similaire qui fait grande polémique aux États-Unis, et sur lequel le théologien avait fait part de sa position.
Il rajoute par ailleurs, que ses ennemis de toujours cherchent à détruire son image d’arabo-musulman intellectuel, ‘‘ on a voulu attribuer à ma personne l’image d’un fou, celle d’un homme totalement déséquilibré ’’.
Autre élément qu’il critique, est celui du comportement des journalistes, qui n’auraient pas enquêter sur les plaignantes. L’une d’elle une quadragénaire handicapée et l’autre serait une ex-salafiste qui aurait présenté des versions différentes après ses trois dépositions.


Suite à cette affaire, la question de l’islam est reconsidérée

Dans sa vidéo, l’islamologue Tariq Ramadan, a critiqué le fait que cette affaire ait conduit à une remise en question des principes de fond de l’islam, que ses détracteurs confondraient avec ses propres idées. Il en profite pour reprocher à certains politiques, qui lui mènent la guerre depuis longtemps, d’avoir profité de cette occasion pour nuire à sa réputation.
L’intellectuel invite parallèlement ses partisans à l’apaisement et à ne pas insulter autrui. Il appelle à la réalisation d’un débat de fond responsable et sérieux. Il conclut par annoncer qu’il continuera à protéger ses idées et à défendre ses convictions dans un cadre d’engagement et de message à transmettre, il persistera toujours dans la défense des droits de la femme, la lutte contre la violence et l’égalité sociale.
Pour finir, il incite pour le vivre-ensemble indépendamment des idées et des positions religieuses de chacun.
Le théologien âgé de 55 ans, inculpé le 2 février dernier, a fait objet de deux plaintes de femmes qui ont débouché sur une information judiciaire. Il avait invoqué son état de santé pour réclamer sa libération dans une demande qui a été rejetée par le juge d’instruction sur la base d’un premier rapport médical. Sur ordre de ce dernier une nouvelle expertise a été demandée d’ici le 15 avril.