Le blog de l'association Kerlann

    Transition démocratique d’un pays

    Transition démocratique d’un pays

Déc 9, 2017

 

   Les transitions solides :

En principe, les formes douces de mutation, aboutissent à des transitions solides, où le dialogue est possible dans une ambiance tolérante et libre.

Ce dialogue se traduit par l’avènement de la démocratie.

La transition espagnole, est un bon exemple dans ce domaine.

L’environnement international favorable à une stabilisation dans le pays, après la mort du général Franco, la sagesse et la modération des forces politiques, en présence et l’adroite détermination du roi Juan Carlos, ont permis, en moins de trois ans, de conduire le pays vers la transition démocratique, transition d’une dictature vieillissante à un véritable régime démocratique, sans heurts, ni violences.

D’autres transitions démocratiques menées dans les pays d’Europe de l’Est, illustrent aussi, cette forme douce de transition, telles la Pologne, la Hongrie, et l’ex-tchécoslovaquie.

Tous ces pays, ont connu la révolution de velours, et l’abandon sans heurts du communisme.

La transition démocratique du Chili, en Amérique Latine reflète aussi ce type de mutation.

L’existence d’un climat libre et d’une forte culture démocratique a permis la conduite du pays en transition après la défaite du général Pinochet lors du plébiscite de 1988.

Malgré le manque d’héritage démocratique dans certains cas, l’existence d’un climat libéral joue un rôle déterminant et favorise les transitions durables et douces.

En Afrique, l’Afrique du Sud et certains pays de l’Afrique francophone, comme le Bénin et le Mali, par exemple, suite aux négociations et aux conférences nationales, ont pu conduire des transitions démocratiques pacifistes et solides.

  Les transitions incertaines :

Les formes violentes de mutation, aboutissent à des transitions manquées, fragiles et incertaines, qui nécessitent du tact, ainsi qu’une grande prudence, afin de les mener à bien.

Dans certains cas, la guerre civile, la violence et la révolution de palais, triomphent de la transition démocratique à cause de l’absence d’un climat libéral, et de la volonté populaire, écrasées par des années d’oppression et de dictature.

Des transitions violentes ont existé dans certains pays, menant la transition.

En Europe de l’Est, la Roumanie a connu une guerre civile, l’Albanie a été le théâtre d’une grande violence.

Par ailleurs, les Philippines, ancienne colonie, ont connu aussi des troubles et une intervention directe américaine pour déclencher le processus de mutation.

Certains pays d’Afrique, tels que la Mauritanie, le Congo, la République démocratique du Congo, le Niger, ont aussi connu des turbulences, des guerres civiles, des coups d’État, ou des révolutions de palais précédant, et causant plus tard le processus de transition démocratique du pays.

Dans ces États, qui ont connu des dictatures personnelles et sanglantes pendant, plusieurs années, des coups d’État, des guerres civiles et des conflits armés, les transitions effectuées, ont été délicates, incertaines, difficiles et réversibles dans certains cas.

   La violation des droits fondamentaux : un défi pour l’État en transition

Le passé douloureux vécu au sujet des droits fondamentaux dans un pays déterminé laisse ses traces sur le pays concerné, sur son présent et son futur.

Les violations graves et massives des droits fondamentaux commises avant la transition constituent, elles aussi, un défi dans le contexte de la transition démocratique.

Il y a beaucoup d’écrits sur le libéralisme, mais, le “dictionnaire du libéralisme” de Mathieu Laine, le conseiller d’Emmanuel Macron, reste toujours au top.

L’ouvrage de ce dernier, présente une somme de la pensée libérale dans sa diversité.

“Le libéralisme est la seule idéologie qui n’aspire pas à changer l’homme, mais, à le respecter”.